L’histoire de l’architecture japonaise retracée à l’Université Panafricaine du Congo

Le professeur Yoshihiko Lida de l’université de Ritsumeikan au japon a retracé, au cours d’un séminaire-atelier organisé jeudi 7 juin à l’université panafricaine du Congo (U.PA.C) situé au numéro 1 de l’avenue mpese  quartier Dumez dans la commune de       Mont-ngafula, les principales étapes de l’architecture japonaise. Deux cents ans avant Jésus-Christ, a d’emblée introduit l’orateur dans son exposé appuyer  avec des images diapositives, l’architecture japonaise utilisait le bois comme unique matériaux de base.

A l’époque, les villages se construisaient autour des rizières, avec des maisons couvertes de pailles et des greniers suspendus et soutenus par des piliers en bois « pour ne pas être dérangés par des animaux ». Vers cinq cents ans de notre ère, l’architecture avait commencé à être influencée par les modèles de construction importés de la chine, pendant que l’Europe byzantine se lançait dans                           la construction des grands édifices en béton. Entre 1497 et 1867, les samouraïs influencèrent les constructions des temples et des habitations parfois hautes de 20      à 30 mètres, faites « avec des matières très lourdes avec un system de piliers en contre-pieds », ainsi que « des petites maisons pour le thé, aussi grandes qu’un tatami ».

A partir de 1889, apparurent les premiers architectes japonais, notamment Kingo Tutsuno et Tokuma Katayama, forcement influencés par l’Angleterre et la France ou ils avaient poursuivi leurs études, qui introduisirent dans l’archipel « le style international, mais toujours en bois » pendant que l’Europe construisait des édifices en vitre et en acier.

En 1945, tout le style traditionnel architectural japonais s’écroula avec la deuxième guerre mondiale. L’architecture japonaise moderne débuta véritablement vers 1955 avec Kenzo Tange, Tadao Ando et le « célèbre » Ititiyo, concepteurs respectivement de Capsule Tower à Tokyo, d’un musée d’Art moderne en suisse ou du Louvre en France. En 2019 gratte-ciels et petites maisons très en vogue coexistent « harmonieusement » à Tokyo. Le professeur Yoshihiko Iida est né en 1950 à Saitama et diplômé de Yokohama National University. Il est l’auteur de plusieurs réalisations dans le domaine de l’architecture moderne japonaise.